LONDRES : PROMENADE STREET ART À SHOREDITCH

Londres vu et revu mais sûrement pas sous l’angle du street art! Il existe plus d’une centaine d’artistes qui occupent les murs de la ville! Certains sont incontournables comme Invader, Banksy et C215 mais d’autres sont moins vite reconnaissables à l’oeil nu! 33 Carats Webzine vous propose un voyage dans le street art londonien!

RENDEZ-VOUS à SHOREDITCH

L’est de Londres est déjà depuis quelques années incontestablement arty et branché. L’art urbain tient une place importante non seulement pour attirer les touristes mais aussi pour se démarquer de la City, l’ancien quartier des affaires avant Canary Wharf, qui se trouve à deux pas.

Le dépaysement est total si vous commencez votre circuit par l’arrêt de métro Liverpool Street. Les gratte-ciel vous accueillent avant de laisser place au joyeux brouhaha qu’est le marché de Brick Lane. Pour les plus enthousiastes la chasse au street art peut se terminer à Hackney.

Des artistes internationaux viennent désormais conquérir les murs du quartiers de Brick Lane autrefois habité par la communauté juive puis indienne. Et à Hackney, les familles aux origines diverses et aux revenus modestes  laissent désormais place aux gens de la gentrification (les hipsters,pour ne pas les nommer) qui viennent croquer toute forme d’espace, sans compromis. Comme par exemple le Cereal Killer Cafe le premier bar « céréales » londonien  journée qui vient donner le nouveau ton du quartier. Mais ça c’est une autre histoire! On peut dire l’authenticité et l’originalité des oeuvres vient réconcilier les esprits et vaut réellement le détour. On vous donne de quoi juger avec cette sélection d’artistes.

 

Otto SChade

ottoshade

Incontestablement l’un des artistes les plus visibles et les plus hastagés du quartier, le chilien Otto Shade manie les bandages de momies à merveilles! Vous reconnaîtrez ses personnages parfois surréalistes sur fond noir et aux couleurs chaudes. Otto ne se consacre pas seulement à l’art urbain, il expose aussi ses toiles à travers le monde.

Alexis Diaz

adiaz

En 2015, Alexis Diaz collabore avec l’argentin Elian pour réaliser un coeur vibrants de couleurs dans les rues de Brick Lane. il forme avec Juan Fernandez Alexis le duo de globe trotters porto ricains, La Pandilla. Vous reconnaîtrez leurs oeuvres par le détails apportés aux animaux et aux formes

Banksy

8-Street-Art-London-Street-Art-Tour

Banksy n’est pas originaire de Londres comme beaucoup peuvent le penser mais de Bristol où le street art est très présent. Toutefois ses passages dans la ville  sont innombrables depuis le début des années 2000. Comme à Old Street pour cet hélicoptère Apache qui est désormais conservé sous plexiglas.

Bastardilla

bastardilla

Bastardilla, c’est le colibri du street art! Cette jeune femme dont la signature est le fameux hummingbird était de passage à Paris en 2015 pour la fresque Rosa Park inaugurant la nouvelle station tramway du même nom. Les personnages presque enfantins et colorés sont régulièrement présents dans le travail de la jeune artiste.

 

C215

Un Français à Londres. Christian Guémy connu sous C215 peint d’abord des portraits de sa fille puis commence le graffiti au pochoir en 2005. On peut voir son travail de New York à Londres en passant par le Maroc et l’Espagne. Mais c’est à Vitry sur Seine qu’on peut voir une très grande concentration de son travail. Tout les supports y passent : poubelles, boîtes aux lettres, murs. Voici un des ses passages à Londres en 2008.

Invader

14-Street-Art-London-Street-Art-Tour

L’invasion d’Invader, un autre français commence en 1998 dans les rues de Paris. On pourra ensuite recenser ses mosaïques murales pixelisées autour du thème du jeu vidéo Space Invaders dans plus de 40 villes dans le monde. La légende dit même qu’Invader aurait envoyé une de ses oeuvres dans l’espace en plus des 3 200 mosaïques dans le monde! Son travail consiste à montrer la surveillance des espaces urbains et de la société en général. Les mosaïques invaders deviennent des sentinelles silencieux qui à leur tour surveillent la population à leur manière, plus déjantée. La chasse est lancée à vous de les trouver dans les rues à Shoreditch!

Jimmy C

25-Street-Art-London-Street-Art-Tour

Dans les années 1980, l’anglais Jimmy C est attiré par le graffiti et les  grandes fresques murales. Plus tard à l’école d’art il se concentrera sur la peinture à l’huile ainsi que la peinture figurative. Sa technique devient une fusion des deux genres. C’est à  Redchurch Street que se trouve,l’ une de ses créations les plus populaires. Elle représente l’image du poids de la ville sur les individus et la pression des grandes villes.

Pablo Delgado

delgado

Pablo Delgado, originaire du Mexique vit et créé à Shoreditch. On peut y voir ses oeuvres miniatures depuis 2011. Il commence par coller des portes minuscules. Plus tard ce sont des prostituées dans les coins des rues. Désormais, ce sont des scènes qu’il a sorti tout droit de son imagination qu’on peut voir éclore partout dans le quartier.

Phlegm

phlegm

Phlegm à la galerie Howard Griffin en 2015

Illustrateur et observateur de la société, Phlegm a publié ses dessins sous forme de bandes dessinées auto-financées . Son travail s’étend désormais au paysage urbain et notamment sur les bâtiments abandonnés ou en voie de démolition. Son univers moitié enfantin, moitié menaçant surplombe les grande villes et laisse place à un décor noir et blanc.

REKA

rekaReka est originaire de Melbourne, en Australie. Il est passé naturellement du graffiti au street art. Son collectif, l’ Everfresh Crew est réputé pour les fresques murales à grande échelle. Beaucoup de couleurs pour des personnages surréalistes. Rea est aussi connu pour ses collaborations à Londres avec Dscreet. Dans cette vidéo, il explique qu’il s’inspire des objets trouvés dans la rue pour créer de nouvelles couleurs ou support pour son travail. Il explique que c’est aussi une façon de recycler à sa manière.

ROA

rabbit roa

Le belge Roa est connu dans le monde entier pour la dimension de ses fresques.Cet artiste nomade ramène son royaume animal dans tout ses voyages. On y aperçoit des scènes de mammifères généralement poilus sortis de leurs habitats naturels, une référence subtile au rapport de l’homme citadin à la nature.

Clet Abraham

clet abrahams

 

Clet Abraham altère les signes avec humour. C’est un des rares artistes qu’on peut aussi voir en dehors de Shoreditch.

 

Cet article vous a plu?

Partagez vos commentaires sur notre page Facebook ou par mail à l’adresse contact@33carats.com

 

(Visited 438 times, 1 visits today)